LE COUP DE CHALEUR

10/06/2018

LE COUP DE CHALEUR D’EXERCICE OU HYPERTHERMIE MALIGNE

  1. Ziane

 

Les sportifs peuvent être soumis à de brusques changements de températures, en très peu de temps et sur de grandes amplitudes (météo « capricieuse », déplacement à l’étranger). Ceci peut surprendre leur organisme[1]. Dans ces conditions, les risques de refroidissement ou de coup de chaleur sont importants. Les sportifs, même à l’effort, ne sont pas épargnés.

 

  • Qu’est-ce qu’un coup de chaleur ?
  • Quels sont les signes et les risques du coup de chaleur ?
  • Quels sont les principes de prévention et les traitements ?

 

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur ?

C’est un trouble potentiellement grave de la thermolyse[2]. C’est le cas lorsque la température centrale de l’organisme dépasse 40°C.

Le plus souvent, le coup de chaleur est dû à l’exposition à une température externe élevée (canicule). Les enfants, les personnes âgées ou malades et les femmes enceintes sont les sujets les plus exposés au risque de coup de chaleur.

 

Signes :

Ils sont classés selon trois niveaux de gravité du coup de chaleur :

  • Alerte : Fatigue, maux de tête, nausées ou vomissements, dyspepsie[3], irritabilité.
  • Sérieux : Malaise, pâleur, déshydratation.
  • Graves : Hyperthermie maligne (température > 41°C), peau brûlante et sèche, avec troubles neuropsychiques (stupeur, délires, convulsions), encéphalopathie[4] brutale (70% des cas) pouvant aller jusqu’au coma…

Avant cela, d’autres signes doivent alerter :

  • une soif intense,
  • une fréquence respiratoire et cardiaque anormalement élevées.

L’intervention doit être rapide car les risques sont élevés.

 

Risques :

L’élévation de la température centrale de l’organisme peut entraîner :

  • des délires, des convulsions, une perte de connaissance, un coma,
  • un syndrome de défaillance multiviscérale[5],
  • le décès.

Les survivants gardent souvent des séquelles neurologiques.

Il existe aussi un autre type de coup de chaleur : le coup de chaleur d’exercice.

 

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur d’exercice ?

C’est une élévation extrême de la température de l’organisme suite à un travail musculaire intense. La température ambiante n’est pas le facteur le plus important. Le coup de chaleur d’exercice peut se produire par temps froid. Le taux d’humidité (hygrométrie), dont dépend l’efficacité du refroidissement par évaporation de la sueur, est plus influent.

La différence avec le coup de chaleur « classique » est que la peau de la victime n’est pas sèche et chaude ; au contraire la sudation est importante.

Prévention et traitement

La prévention consiste à ne pas s’exposer au soleil sans quelques précautions :

  • Se couvrir la tête (casquette) et le corps (T-shirt à manches longues).
  • Consommer régulièrement une boisson non-alcoolisée, sans attendre d’avoir soif. L’idéal est de boire de l’eau fraîche.
  • Ne pas faire d’efforts physiques à « l’heure des diables« [6] mais « à la fraîche », c’est-à-dire tôt le matin mais aussi tard le soir.

En cas de coup de chaleur, la prise en charge de la victime doit être rapide et efficace. Placée à l’ombre, elle devra subir un arrosage total et prolongé du corps à l’eau froide. Si la victime est consciente, il faudra lui donner à boire régulièrement. La prise en charge doit être poursuivie en milieu hospitalier et même en service de réanimation.

L’appel des secours est donc indispensable.

 

Conclusion

Le coup de chaleur peut-être mortel et doit à ce titre être considéré comme une urgence. Il s’installe lorsque les mécanismes de dissipation de la chaleur de l’organisme sont dépassés par sa production ou par son accumulation.

La prévention du coup de chaleur d’exercice consiste à s’entraîner très progressivement dans des ambiances chaudes, avec une consommation d’eau importante et une tenue adaptée.

 

[1] Il faut entre 8 et 15 jours pour s’adapter à un nouveau climat.

[2] Thermolyse : C’est un « mécanisme » d’évacuation de la chaleur qui met en jeu trois adaptations :

  • la dilatation des vaisseaux sanguins,
  • la sudation,
  • la diminution de la production de chaleur.

[3] Dyspepsie : troubles de la digestion, sans lésions des organes.

[4] Encéphalopathie : affections non inflammatoires de l’encéphale.

[5] Syndrome de défaillance multiviscérale : association de troubles neurologiques, hépatiques, hématologiques, respiratoires et rénaux.

[6] En Afrique, cette expression fait référence à la période située entre midi et 15h, mais on peut l’étendre de 10h à 16h par principe de précaution. La consigne est de ne pas sortir et de ne pas faire d’effort physique.